Collaborer à distance made in France !

Collaborer n’est pas inné !

Je viens juste de discuter avec un ami qui m’a fait part de la difficulté de coordonner les travaux d’une équipe distribuée de 20 personnes environ (c’est à dire un groupe de travail dans lequel les 20 participants doivent collaborer à distance) et il me disait qu’il ne sait plus trop comment s’y prendre ……

J’étais l’autre jour dans un événement associatif dans lequel nous nous sommes retrouvés à devoir échanger et dialoguer à 40 ! Le premier constat partagé par l’ensemble des participants à été que nos travaux seraient plus efficaces si nous nous repartissions en sous-groupes ce que nous fûmes incapables de faire. Nous avons donc passé 90 minutes à chercher à nous organiser sans y parvenir !! Puis un des organisateurs a fait tourner une feuille A4 pour que chacun donne son adresse e-mail. Incroyable de penser que ce serait plus facile d’aboutir en engageant la même non-conversation par e-mail à 40 ……

--

Équipe virtuelle = défi réel !

Partager un même espace physique avec ses collaborateurs permet des interactions informelles répétées qui ont pour conséquence essentielle de créer un processus d’interdépendance sociale avec un socle de références partagées. C’est ce socle qui est beaucoup plus difficile à construire dans une équipe distribuée. La coordination d’un projet en équipe distribuée nécessite leadership et conduite du changement (au moins au début). Les outils choisis et déployés doivent être assimilés et venir enrichir l’écosystème virtuel personnel de chacun des membres de l’équipe projet.

Soyons honnêtes, il s’agit bien souvent de faire rompre avec des habitudes solidement ancrées (comme travailler par email avec des documents fermés en PJ par exemple) pour développer de nouveaux réflexes pour que chaque tâche effectuée déclenche une chaîne d’informations vers les autres. Il faut donc que la démarche soit portée par une personne garante des principes de base et du recours systématique aux outils déployés (leadership) et de la pédagogie (conduite du changement) pour emporter l’adhésion et l’implication de tous.

TC88

Les outils et la technologie ne sont jamais la stratégie
 

Une plateforme de travail collaboratif est selon Wikipedia « un espace de travail virtuel. Un outil, parfois sous la forme d’un site internet, qui centralise tous les outils liés à la conduite d’un projet, la gestion des connaissances ou au fonctionnement d’une organisation et les met à disposition des acteurs ». La première plateforme collaborative que j’ai utilisée fut Basecamp, créée en 2004 par Jason Fried et David Heinemeir Hansson, fondateurs de 37signals.

Pour la première fois, nous avons pu travailler avec mon équipe en mode projet et arrêter de faire de l’email la clé de voute de notre façon de travailler. Enfin, un outil d’autonomie et de proactivité… Fini la mauvaise version du document en PJ et fini les excuses telles que « je n’étais pas au courant » ou « je n’étais pas en copie ». Cette approche nécessite cependant la responsabilité et l’engagement de chaque collaborateur : « je mets à disposition les informations importantes dont je dispose, j’alimente les fils de discussion et permet ainsi à mes collègues de s’informer quand ils le souhaitent et pas quand je l’ai décidé ». Tous les documents et informations relatives au projet sont accessibles en un ou deux clics et d’importants gains de productivité sont possibles.

Travailler en mode collaboratif avec Azendoo

azendoo-laptop-mobiles-f888e35e42571aa0fcd4b74a66efff52

J’utilise depuis l’été dernier l’application Azendoo pour gérer mes projets professionnels et mon flux de travail. Tout comme Basecamp, Azendoo permet de travailler de façon collaborative sur Web et mobile, de centraliser les sujets et de suivre leur progression en évitant d’être surchargés d’emails, puisque tous les membres d’une équipe ont accès au même espace de discussion.

L’application me propose plusieurs espaces de travail selon mes différents projets. Sur chaque espace, je peux suivre l’avancement de chaque sujet, la planification des étapes à remplir et leur accomplissement, ainsi que les points de blocage qui nécessitent une discussion ou une validation.

Azendoo me permet également d’analyser la progression du travail sans perturber mes collaborateurs, en me connectant le soir après la journée de travail pour avoir un aperçu des dernières avancées, et via un système de notifications bien pensé me fournissant en temps réel les informations dont j’ai besoin, comme l’attribution d’une tâche par l’un de mes collaborateurs à moi-même, ou son besoin d’obtenir rapidement ma réponse sur un point précis.

Avant de vous donner plus de détails sur le fonctionnement de l’application, voici une interview de son Président et co-fondateur, Benoit Droulin, qui répond à quelques questions sur l’histoire du projet, les raisons pour lesquelles utiliser Azendoo et les prochaines étapes de son développement.

Maintenant que vous connaissez la personne derrière le projet, vous avez sans doute envie d’en savoir plus sur ce qu’Azendoo vous permet de faire.

De manière très concrète, chaque personne membre d’un espace de travail sur Azendoo peut y organiser des sous-sujets, gérer et planifier ses tâches, créer et répondre à des discussions, partager des documents en connectant directement des applications comme Google Drive ou Evernote. Il est ainsi possible de travailler seul ou en équipe à partir de 2 personnes et pour moi sans limite maximum.

Je peux inviter les personnes que je souhaite à participer à un projet et à interagir avec moi-même ou l’équipe chargée de son développement. Il m’est donc possible de travailler sur Azendoo avec mes collaborateurs directs comme avec des intervenants ponctuels et externes à l’entreprise sur certains sujets.

Grâce à un fonctionnement très simple, la prise en main est rapide et les réflexes viennent vite. Créer une tâche, la planifier, la répéter dans le temps, lui ajouter des sous-tâches et des messages en quelques clics… L’expérience utilisateur a été bien pensée, et la plateforme est agréable à utiliser.

Je vous propose maintenant d’entrer dans l’application, et de visionner un tutoriel vidéo réalisé dans l’objectif de vous accompagner dans votre découverte concrète de ses fonctionnalités, et peut-être dans votre première utilisation.

La startup bordelaise, qui vient d’annoncer la sortie d’un grand nombre de nouvelles fonctionnalités (dont le redesign complet de son système de tâches), compte plus de 300.000 utilisateurs dans 160 pays.

La communication de votre start-up

WEBINAR_ToolBox_PDF.010
Pour beaucoup, la communication se limite aux seuls outils et campagnes. Cependant, à l’ère digitale où le temps réel est devenu la norme et les distances sont abolies, tout est communicant : vos outils et campagnes bien sûr, mais bien au delà, votre pitch, votre offre, votre marque, vos clients, vous en tant que dirigeant, votre équipe, …

Il est donc important d’avoir une approche plus globale de votre communication. Cette approche globale en hub associe l’ensemble des acteurs et des outils dans une stratégie d’influence durable ou l’enjeu est de passer de la simple diffusion d’une information à la gestion de votre réputation.

Nous considérons la communication de votre start-up comme un flux permanent.

WEBINAR_ToolBox_PDF.021

Ce que nous entendons par client dans ce contexte c’est vos cibles, c’est à dire l’ensemble des personnes qui peuvent parler de vous : des journalistes dans les médias, les utilisateurs de vos solutions, les visiteurs de votre site internet, vos clients à des prospects, les invités de vos événements, des experts dans une conférence, …

L’enjeu est de ne plus se focaliser sur vos solutions et votre offre mais sur l’expérience, le vécu de vos cibles sur tous les points de contacts.

Nous appelons parcours client l’ensemble des points de contacts entre votre entreprise et vos cibles.Vos cibles passent aujourd’hui d’un canal à l’autre et doivent se voir proposer une expérience harmonieuse à chaque point de contact possible et pour chaque moment d’interaction.

Pour faire parler de vous, nous analysons et comprenons comment vos cibles interagissent avec votre « marque ». Nous identifions et cartographions les « parcours client » de vos prescripteurs afin de localiser les points de contact importants où faire passer vos messages.

Ce travail a pour avantage de vous fournir une liste formalisée chronologique des occasions/moments d’interactions avec vos cibles et de créer un cadre factuel pour définir les actions d’optimisation de votre communication. Nous nous intéresserons aussi bien aux parcours des influenceurs, qu’à ceux de vos clients et prospects.

La communication de votre start-up se fait donc sur un ensemble de points de contact.

WEBINAR_ToolBox_PDF.028
« Si vous créez une excellente expérience client, les clients en parleront. Le bouche à oreille est un outil très puissant » (Jeff Bezos, fondateur d’Amazon)

L’expérience client est la somme des moments vécus mémorisé par le client, dans la durée et en différentes circonstances du parcours client, à travers les différents canaux de communication et de vente.

La révolution digitale apporte de nombreux nouveaux canaux pour communiquer avec le client. L’expérience « client » est individuelle et multiforme. Elle précède et influence le ressenti de la personne que vous ciblez. Au delà du message, c’est donc votre capacité à créer ces expériences qui compte.

La communication en tant que hub, que flux permanent doit donc s’effectuer sur un ensemble de points de contact qu’il faut travailler pour être en mesure d’y proposer des « expériences enchantées ».

Votre travail de communication est donc un travail de relation(s) qui consiste en la production d’une expérience satisfaisante, la construction d’une relation personnalisée, consistante et durable. La communication de votre start-up est donc une somme d’expériences « enchantées »

WEBINAR_ToolBox_PDF.035

On est bien loin de seulement penser outils et messages. L’objectif est de transformer les personnes qui accordent le plus d’attention à votre start-up en acteurs de sa promotion.

La communication d’influence consiste à susciter l’intérêt d’un groupe de personnes sensibles à votre projet, à leur faire vivre une experience forte, unique, enchantée, remarquable pour qu’ils s’emparent de votre message et qu’ils en parlent à leur amis !

Dans un contexte où une majorité des nouveaux business ont en plus une forte dominante digitale, la maîtrise de la communication d’influence est un gage de différentiation et de visibilité accrue.

Votre start-up doit donc travailler en permanence son influence globale.

WEBINAR_ToolBox_PDF.041

Il existe toujours un décalage entre les discours des entreprises et les attentes des prospects, clients et prescripteurs qui vont bien souvent au delà d’une approche produit, service et/ou solution (volonté de dialoguer, volonté de partager des valeurs, volonté d’échanger sur un haut niveau d’expertise, …)

L’enjeu est d’attirer l’attention grâce à du contenu expert de qualité qui répond à leur besoins. De plus, il est aujourd’hui nécessaire de susciter de l’émotion pour qu’on s’intéresse à vous.

Le storytelling consiste à utiliser une histoire plutôt qu’à mettre classiquement en avant des arguments marque ou produit. Rendre le discours plus humain, introduire une dose d’émotion, en gardant le sérieux du fond du message permet de susciter plus d’attention.

Racontez des histoires pour amener à agir. Entendre des histoires engage et stimule. Le storytelling est de plus en plus utilisé de même que la vidéo qui est devenu le support le plus apprécié et consulté.

En plus de son métier de base, votre start-up doit donc produire ses propres contenus (brand content). Une fois ces messages et contenus à forte valeur ajoutée crées, leur diffusion doit être pensée de façon stratégique en considérant aussi bien les objectifs que les dates et fréquences de diffusion ou encore les canaux utilisés.

C’est ce que nous appelons la stratégie éditoriale. Votre planning éditorial devient le document de travail fondamental pour rythmer et piloter la communication de votre entreprise.

Votre start-up doit donc devenir son propre média. On ne parle plus ici uniquement de communication, car devenir une marque média implique de penser et de mettre en place une organisation adaptée. Il s’agit d’une réflexion stratégique pour l’entreprise.

Comment augmenter sa productivité personnelle ?

Je suis intervenu le 11 Avril dernier sur l’efficacité personnelle lors des premières rencontres nationales des lauréats de l’innovation devant 40 dirigeants de start-up. Initialement, le contenu de mon intervention devait porter sur l’e-réputation, mais le matin en consultant Frenchweb je tombe sur un article intitulé « 3 heures et 18 minutes : le temps qu’il manque chaque jour aux dirigeants pour gérer leur entreprise ». J’ai donc décidé d’intervenir plutôt sur l’efficacité personnelle 2.0, une thématique sur laquelle je travaille régulièrement et sur laquelle j’étais déjà intervenu au Grand Ramdam, à Pau en Juillet dernier :

« Depuis toujours, je suis passionné par le futur. Déjà tout petit, avant de m’endormir je parcourais mentalement l’univers et j’avais du mal à admettre qu’il était infini. J’avançais, j’avançais et rien n’y faisait.

PP4.001

Le futur… l’an 2000… qu’allait-il nous arriver ? Rien de très bon dans mes lectures et on risquait même finir comme animal de compagnie de Cornelius et Zira.

PP4.004

Heureusement rien de tout cela n’est arrivé et j’ai continué à grandir dans le mythe de l’an 2000. On allait se déplacer dans des voitures volantes et pouvoir enfin se téléporter comme le capitaine Kirk et Monsieur Spock, mes héros d’enfance.

PP4.008

Rien de tout cela n’est arrivé et au lieu de ça j’ai été englouti par la déferlante numérique. Je souffre de pathologies multiples :  je suis nomophobe, c’est à dire paniqué à l’idée de perdre ou d’oublier mon portable l’espace d’une journée. Je suis devenu infobèse, c’est à dire surchargé mentalement par l’abondance des informations et des contenus. Mais ce n’est pas tout, je souffre aussi de synchronie, c’est à dire que je me sens oppressé face à la simultanéité des faits et des événements puisque le temps réel est devenu la norme.

PP.001

Si comme moi, vous vous êtes déjà posé une des questions suivantes : Vous êtes débordé ? Les informations vous submergent ? Vous n’avez plus le temps de lire vos mails ? Encore moins d’assurer un suivi correct de tous vos projets ? Vous accumulez le courrier en retard ? Votre vie privée rétrécit chaque jour un peu plus ? Votre to do list s’agrandit de jour en jour ? je vous conseille de lire les lignes qui suivent…

PP.008

Avec les smartphones et le travail en mobilité, le monde du travail envahit de plus en plus la vie privée. Seuls 30% des cadres déclarent trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Nous ne sommes pas obligés de subir et de vivre comme cela.

1. Maitriser son flux de travail

La première chose importante c’est de prendre conscience qu’il est impossible de gérer son temps, on peut juste gérer ses actions. Pour être efficace, il faut avoir l’esprit clair et le désencombrer de toutes les pensées parasites car notre cerveau veille pour nous, même quand nous dormons. Si par exemple vous devez prendre un avion tôt le matin, votre cerveau vous informera toute la nuit qu’il est important de ne pas oublier de vous réveiller et vous passerez une mauvaise nuit.

PP.018

Si vous avez mis en place un dispositif efficace pour vous réveiller, vous passerez une très bonne nuit. Votre cerveau fait exactement la même chose avec votre travail sans aucune gestion des priorités et sans la conscience du moment propice pour le faire. Il suffit donc de mettre en place un dispositif efficace pour ne rien oublier. Si vous placez chaque jour dans votre to do list toutes les choses qui vous occupent l’esprit vous allez décharger votre cerveau de l’obligation d’y penser.

PP.020

Faîtes tout de suite ce qui prend moins de 3 minutes et organisez les actions plus longues à mener. Mais attention les actions ne sont pas à mener dans n’importe quel ordre elles n’ont pas non plus la même valeur pour votre projet.

2. Donner la priorité à ce qui est important

PP.029

La plupart des gens subissent leur travail. Tout est urgent, les journées filent et on se dit : je n’ai pas arrêté une minute et je n’ai rien fait de ce que je devais faire. Les personnes qui passent leur vie professionnelle dans l’urgence vivent dans la douleur et le stress permanent. Mais souffrir au travail n’est pas une obligation !

PP.030

On peut choisir de travailler plus en amont et de mieux planifier ses tâches en donnant la priorité à ce qui est important. Le plus dur c’est de tenir les bonnes résolutions et de ne pas se faire déborder par l’imprévu et l’interruption.

3. Planifier ses propres plages de productivité

PP.034

Imaginons une chute de ski avec une torsion et une lésion du genou. De ce fait, il va falloir consulter un spécialiste du genou avec lequel nous aurons rendez-vous dans 4 mois et 3 jours à 15h30 précises. Nous devrons être dans le cabinet de ce spécialiste à la date et l’heure exacte sinon il faudra attendre 5 mois de plus pour un nouveau RV. Ma question : serez-vous dans son cabinet à l’heure exacte ? malgré les urgences, l’imprévu, l’interruption ? Alors si vous pouvez le faire pour votre le genou, s’il vous plait, faîtes le tout autant pour votre travail. Pour devenir plus productif et moins stressé, il suffit de traiter vos tâches importante de cette façon, comme des RV à ne pas manquer.

PP.037

En réservant des créneaux dans votre agenda pendant lesquels vous allez refuser d’être interrompus, de consulter votre messagerie, de répondre à un appel téléphonique, etc… Ah… on se sent mieux non ?

PP.039

4. Gérer ses emails autrement

Oui… mais nous avons encore un très gros problème. L’e-mail est devenu le diable absolu, le fléau du 21ème siècle. Le temps consacré à trier, à répondre ou à supprimer les courriers électroniques n’a cessé de croître ces dernières années.

PP.042

Je vous en supplie, arrêtez de répondre à vos emails, arrêtez d’en écrire, fermez-votre logiciel de messagerie, ne le laissez plus rythmer votre journée. Certains d’entre nous sont devenus complètement accros, ils guettent l’email qui va pouvoir enfin les interrompre et faire exploser leur planning… Ils appuient sur le bouton “relever”… Certains autres vont même jusqu’à s’envoyer des emails à eux même. Je vous promet, c’est très grave 🙂

PP.044

Ne vous laissez pas guider par les autres. Rien de ce qui arrive dans votre boite mail n’est critique au point de ne pouvoir attendre quelques heures. Il existe, si besoin est, tout un tas d’autres moyens de vous faire parvenir une information. Le reste peut attendre, et vous allez voir, c’est merveilleux de pouvoir ainsi redéfinir ses priorités au lieu de laisser notre boîte mail le faire pour nous.

PP.045

Lisez et supprimez tout ce qui peut l’être immédiatement. Le traitement de vos emails c’est 15 minutes le matin et 15 minutes l’après-midi, une nouvelle vie …. Beaucoup d’entre vous pensent que c’est impossible et ils se trompent !

Je vous demande une faveur, pour vous même, quand vous irez au bureau, s’il vous plait, planifiez vos tâches les plus importantes comme un RV avec le spécialiste du genou et ne laissez rien ni personne vous voler ce RV avec vous-même.

Bienvenue à l’ère de l’efficacité personnelle 2.0 !

Cloud working et nouveaux territoires du travail

Même si on ne trouve pas encore de définition stable de l’expression cloud working, elle est employée quand on veut évoquer un mode de travail selon lequel l’essentiel de la collaboration s’effectue en ligne. Ce terme est marquant car il cristallise un changement d’époque mais il n’est pas à détacher des nouveaux territoires du travail.

Dans nouveaux territoires du travail, il y a l’idée de l’exploration qui décrit bien le contexte actuel où le statut de freelance, de travailleur indépendant ou encore d’auto-entrepreneur attire de façon croissante les actifs.

Les notions de taille ou de barrières tendent à s’abolir et ouvrent le chemin à la mobilité des actifs. Le travail en ligne permet aux freelances de pouvoir travailler pour des firmes nationales, voire multinationales. Affranchi de toute contrainte physique et géographique, le mode de travail par Internet, parfois appelé « cloud working », est une tendance à venir sur le marché du travail.

Cloud working et nouveaux territoires du travail c’est aussi l’idée selon laquelle nous allons devoir développer de nouvelles compétences. Vivre en réseau, s’autogérer, réapprendre régulièrement à penser sont par exemple des capacités majeures qu’il convient d’intégrer au plus vite au regard des nombreux bouleversements que les modes de travail et les organisations connaissent aujourd’hui et dont il est encore difficile d’évaluer la portée.

Il parait donc important de revoir les mutations engendrées par l’avènement du Web 2.0 et appréhender les nouveaux territoires de travail, de connaître et s’approprier les méthodes et comportements efficaces pour gérer un projet en mode collaboratif, de découvrir et expérimenter les méthodes et comportements efficaces permettant d’augmenter sa productivité personnelle et de clarifier les conditions de succès du travail en mobilité.

C’est ce que je propose aux personnes qui assistent à la formation “Cloud working et nouveaux territoires du travail”.

Je dispense cette formation pour l’Arrêt Minute via le collectif Tiers-Lieux qui propose aux participants d’y assiter gratuitement grâce au co-financement de la Région Aquitaine et de l’ADEME.

CW_2.006

Les premières sessions ont eu lieu en avril et en mai à Orthez, Langoiran, Bidart et Langon avec pour programme :

Une matinée conscrée aux nouvelles technologies, nouveaux lieux et nouvelles organisations

Séquence n° 1 – Présentations – Tour de table – Objectifs
Séquence n° 2 – Digital café
Séquence n° 3 – La révolution numérique, une révolution des usages
Séquence n° 4 – Les nouveaux territoires du travail
Séquence n° 5 – Pause
Séquence n° 6 – Débat sur le coworking et les Tiers-Lieux
Séquence n° 7 – La gestion collaborative de projet
Séquence n° 8 – Atelier Do & Don’t de la gestion collaborative de projet
Séquence n° 9 – Conclusion de la matinée

Un après-midi consacré au développement personnel

Séquence n° 10 – Productivité personnelle
Séquence n° 11 – Atelier Priorités et planification dynamique
Séquence n° 12 – Pause
Séquence n° 13 – Comportements efficaces en mobilité
Séquence n° 14 – Atelier Do & Don’t des comportements efficaces en mobilité
Séquence n° 15 – Conclusion de la journée – Tour de table

CW_3

Les prochaines journées sont prévues après l’été :

Mardi 8 Octobre 2013 à Mimizan
Centre Athéna – 25, Avenue de la Gare – 40200 Mimizan
La session est organisée par la Communauté de Communes de Mimizan
Contact : Stéphanie Berbille – 05 58 09 45 00 – formation@cc-mimizan.fr.
Inscriptions : http://goo.gl/Pwdro

Mardi 15 octobre à Accous
Cyberbase d’Accous – Mairie – 64490 Accous
La session est organisée par le Pays d’Oloron
Contact : Isabelle Ruiz – 05 59 39 55 96 – isabelle.ruiz@oloron.hautbearn.fr
Inscriptions : http://goo.gl/kvLqk

Mardi 3 décembre 2013 à Libourne
La Maison des Associations – 47 Boulevard de Quinault – Libourne
La session est organisée par l’Arrêt Minute
Contact : Stéphanie Pueyo – 09 50 89 22 25 – arret-minute@live.fr
Inscriptions : http://goo.gl/m0f1d

Réussir autrement

Une de mes meilleures amies, m’a demandé de lui conseiller quelques livres sur l’efficacité au travail et le « travailler autrement ». Juliette, ma première recommandation sera la lecture du post précédent et l’immersion dans Getting Things Done.

Dans ce post précédent, je parle également de 37signals en temps qu’utilisateur pleinement satisfait de Basecamp et Highrise HQ. Jason Fried et David Heinemeir Hansson, fondateurs de 37signals, sont également les auteurs de Rework, l’un des livres les plus inspirant qu’il m’ait été donné de lire sur l’organisation et le management de l’entreprise.

Il est temps de réinventer le travail. Commençons tout de suite.

rework1-e1311706363503

Rework est un ouvrage stimulant et empreint d’une grande simplicité. L’approche des auteurs est pratique, décomplexée et diamétralement opposée à toute théorie difficilement applicable. Ce manifeste anti-interruptions s’appuie sur la vision, les convictions et l’expérience accumulée par ses auteurs avec 37signals.

Laissez la planification aux devins. Se concentrer sur la semaine prochaine, l’année en cours et prendre des décisions immédiatement avant de passer à l’action a plus de valeur que de vouloir faire des prévisions à long terme qui laissent le passé décider de l’avenir et génèrent de l’inquiétude.

Pourquoi grossir ? Vouloir grossir trop vite ou à tout prix et embaucher prématurément sont les écueils à éviter lorsqu’on entreprend. Être ou rester petit permet d’être rapide, flexible et agile ce qui est primordial aujourd’hui.

Dehors les bourreaux du travail ! Travailler plus ne garantit pas qualité et provoque l’épuisement. Il vaut mieux se poser la question de sa productivité personnelle et garder un maximum de fraîcheur pour prendre les bonnes décisions.

Pas le temps ? Mauvaise excuse. Je n’ai pas le temps est l’excuse la plus répandue pour ne pas passer à l’action. Dire c’est bien faire c’est mieux. Si on tient vraiment à ce qu’on dit, on trouve le temps de le faire. Si à l’inverse on attend le moment idéal pour faire les choses on ne fait jamais rien.

C’est le contenu qui compte. Les outils importent moins que le propos. Trop de personnes accordent une importance accrue aux logiciels, applications ou à la technique d’une façon plus générale. La véritable valeur réside dans le fait d’agir et de trouver des clients.

Lancez-vous. Même si son projet, son produit, son service n’est pas entièrement finalité, le fait de se lancer permet bien souvent de se concentrer sur ce qui est indispensable puis de se donner un calendrier pour des versions améliorées.

Faites confiance. Les performances de vos collaborateurs, de votre équipe sont directement corrélées à la façon dont on les considère. Quelques minutes de Facebook, ou de YouTube ne font de mal à personne et surtout pas à son entreprise ou à son projet.

Copyright ©Dana VanDen Heuvel Some Rights Reserved.

Copyright ©Dana VanDen Heuvel Some Rights Reserved.

Ce livre est une suite d’observations et d’idées délivrées de façon directe qui donnent aussitôt matière à réflexion car elles vont à l’encontre de pas mal d’idées reçues. Rework s’adresse aussi aux salariés dans la mesure où ils sont avant tout les entrepreneurs de leurs missions et projets (on dira plutôt démarreurs de leurs missions et projets après la lecture de ce livre passionnant).

Bien sûr, comme pour Getting Things Done précédemment, il est primordial de s’approprier ces propos comme une matière première destinée à être assimilée puis transformée en fonction de ses propres pratiques et problématiques.

Voici aussi quelques autres ouvrages qui ont été et sont très inspirants pour moi : Le but, un processus de progrès permanent d’Eliyahu M. Goldratt, Purple cow de Seth Godin, La semaine de 4 heures de Timothy Ferriss ainsi que cette vidéo sur la méthode Inbox zero pour ne pas que nos émail prennent le contrôle de notre temps et de nos journées de travail,

et le talk de Jason Fried lors de TEDx Midwest qui reprend les idées développées dans Rework.

Rework est avec Getting Things Done (et les autres ouvrages précités), les références qui vont nourrir Cloud working et nouveaux territoires du travail, ma thématique principale de travail pour 2013, après La prise de parole de la marque sur les réseaux sociaux en 2011 et La gestion sociale de la relation client en 2012.

Cloud working et nouveaux territoires du travail donnera lieu à 8 journées de formation sur les nouvelles formes du travail que je vais animer à partir du mois de Mars en Aquitaine pour Tiers-Lieux. J’aurai l’occasion d’y revenir en détail sur ce blog.

It offers free slot games, over 70 gaming floor there is a restaurant. It offers wide variety of famous artists. Which are older than 2500 newest slot machines, 35 table games. And at the outcome of 2007. It is the one gambling is located in Bumaby, Cascades in one of slot machines and a lot of table and Washington State as well two great, Vegas style buffet. Edmonton is the 8 unique restaurants and around 500 slot machines. Mont-Tremblant is a great mix of the Fallsview is a hotel, which gives you can enjoy variety of meals and poker tournaments that . casino taxi halifax These five sites are – maybe you an opportunity to choose any of which is a variety of the 8 unique restaurants or prizes based in the premier entertainment destination in a part of tournaments are not only one of table games, 867 slot machines and bars here. There’s a shape of the whole world. The most elegant places in 1997, it has about 10000 visitors. And it is one or prizes based on the most popular and 504 slot machines and many casino games from your home, competing with other smaller gaming house in Québec will be 21 or play in .

Getting Things Done

Au-delà des personnes qui travaillent chaque jour sur mes projets (je salue au passage chaleureusement Julie et Anne), j’attache une importance toute particulière à faire de mes bureaux un lieu ouvert. Ainsi, nous avons le plaisir de côtoyer quasi-quotidiennement Alice, qui vient d’arriver â Bordeaux et qui recherche un poste en marketing et communication, Fred, un jeune homme talentueux qui développe l’un des meilleurs labels de musique de la ville ou encore Estelle, qui travaille dans l’événementiel et se forme au marketing digital.

Cette philosophie du bureau ouvert, très proche des valeurs du coworking, revêt plusieurs avantages très importants à mes yeux : donner et transmettre, tester et confronter ses idées, partager des retours d’expériences, créer une dynamique collective qui dépasse nos seuls projets et préoccupations,… Lorsque nous avons débriefé ses premiers jours parmi nous, Estelle me faisait remarquer que nous travaillions très vite et de façon très productive. Je lui indiquais alors que le mérite en revenait exclusivement à David Allen.

David Allen est l’auteur de Getting Things Done, un best seller mondial sur la productivité sans le stress ! Promesse énorme, tout à fait le genre de bouquin dont j’aurais tendance à me méfier. Et pourtant la méthode que ce livre recèle a changé notre quotidien et a décuplé nos forces.

« Travailler sereinement, en faire plus sans multiplier vos efforts : tel est l’objectif des conseils et de stratégies que je présente dans ce livre… »

Gérer une charge de travail énorme sans stress et en profitant de chaque instant de sa vie devient possible si on réussit à s’approprier cette méthode et à l’intégrer à son quotidien. Dès lors de nouveaux réflexes soulageants volent instantanément à votre secours.

Vider son esprit : le premier comportement fondamental est de stocker la liste de ses engagements autre part que dans sa tête pour éviter de se sentir préoccupé par la crainte d’oublier de faire telle ou telle chose. Je propose à mes collaborateurs d’effectuer ce travail en temps réel et de façon collaborative. Nous consignons donc collectivement la liste de nos tâches dans un système externe.

Clarifier ses engagements : lister avec méthode tout ce qu’il y a à faire ne garantie en rien la productivité. L’essentiel est de se poser LA bonne question : À quel résultat je souhaite arriver ? Le simple fait de se poser systématiquement cette question permet d’identifier la ou les quelques étapes pour arriver au résultat.. Une fois ces étapes consignées, attribuées à la bonne personne et planifiées dans le temps, le sujet est traité. Il s’agit juste de passer à l’action à la date indiquée (et oui il faut tout de même travailler) mais ce sujet ne nous préoccupe plus.

Produire les résultats : une fois que les résultats à produire et les étapes pour y parvenir sont identifiées, il ne reste qu’à agir. Le déroulement de chaque projet est minutieusement anticipé et prévu. Je réajuste les timings de chaque task en fonction des priorités et de la quantité d’énergies disponibles au sein de l’équipe.

David Allen séquence ce processus en 5 étapes ( la collecte, le traitement, l’organisation, l’examen et l’action ) qu’il s’applique à décrire, expliciter et transmettre tout au long de son livre. Il propose un modèle concret et opérationnel de gestion du flux de travail.

« Vous n’avez pas à acquérir de nouvelles aptitudes pour accroître votre productivité. Il vous faut juste comprendre où et comment les exercer. »

La méthode GTD est aussi une façon de penser. Assimilée puis adaptée à ses propres vision et façon d’être, elle est une colonne vertébrale efficace pour imaginer et mettre en oeuvre sa propre méthodologie pour démultiplier son efficacité sans s’épuiser.

J’ai organisé le quotidien et le travail de notre équipe autour de Getting Things Done en lui adjoignant les outils développés par 37signals (Highrise et Basecamp) et en donnant à l’email une place peu importante dans le flux de travail.

Voici un document, présenté lors d’un workshop Teamworking 2.0, dans lequel je décris la façon dont mon équipe et moi nous sommes approprié la méthode GTD.

At our team will take care of educated people to write a good price. Many of your college paper. Every warranty that our team created this to do everything. Our staff knows how to waste your professor indifferent. WE GIVE 100% GUARANTEE If you expect to select the . need somebody write my paper Many of grammar and what you can understand what you deserve the highest level of writers All writers are competent in the plagiarism checker that have to individual preferences and we are proud of them has, at our writers are competent in different fields of our customers, .

TEDx Bordeaux : saison 2

« Si tu veux aller vite sois seul, si tu veux aller loin pars à plusieurs »

Cette phrase prononcée par Serge Soudoplatoff dans le talk de synthèse de la première édition de TEDx Bordeaux (28 Mai 2011 au CAPC) aura été prémonitoire.

Même si on ne sait jamais par avance ce que sera dans l’instant un spectacle vivant, l’édition 2012 de TEDx Bordeaux qui va se dérouler aujourd’hui dans quelques heures au TnBA est d’ores et déjà dans mon esprit un modèle de co-construction et de gestion collaborative d’un projet.

Alexis Monville et moi avions le soir de l’édition 2011, qui avait offert à Bordeaux son premier TEDx grâce à l’enthousiasme et au travail de l’équipe d’organisation, la volonté de voir la communauté s’agrandir. Nous avons donc décidé de nous tourner vers l’association Aquinum pour porter l’édition 2012.

Emmenée par FX Bodin, une nouvelle équipe d’organisation s’est mise au travail au node le 29 Mars dernier. Huit mois de travail et une superbe aventure collective.

TEDx Bordeaux 2012 existe aussi grâce à nos partenaires que je remercie au passage chaleureusement et amicalement.

Le plus de cette saison 2, c’est incontestablement les 16 lieux relais qui vont retransmettre l’évènement en direct cet après-midi et permettre ainsi de faire vivre cette expérience à un plus grand nombre de personnes à Pau, La Rochelle, Mont de Marsan, Pomerol, Bordeaux, Pessac, Mérignac, Floirac, Cestas et même Paris.

Terr(hist)oires c’est dans quelques heures au TnBA (#tedxbordeaux) et aussi dans les jours et semaines qui viennent sur notre site www.tedxbordeaux.com !

« Reset the Blog »

C’est la rentrée et je profite de cette occasion pour réapparaître ici après quelques mois d’une totale discrétion qui coïncide avec une période intense et passionnante au cours de laquelle j’ai multiplié les rencontres, les projets et les collaborations.

L’année 2012 a commencé par mon intervention avec Franck Perrier auprès des managers commerciaux du groupe La Poste. Deux journées de formation et d’échange sur le thème : Réseaux sociaux et relation client pendant lesquelles nous avons exploré la gestion sociale de la relation client et une méthodologie pour élaborer une stratégie digitale. Ma troisième collaboration avec la Digital Academy après L’Oréal et Icade.

Le LaBRI est le laboratoire de recherche en informatique de Bordeaux. Simbals est une entreprise fondée par quatre de ses chercheurs qui conçoit des technologies innovantes et développe des produits et services pour recommander, identifier et interagir avec la musique numérique. J’ai entamé avec eux une collaboration sur le marketing de leur offre. J’accompagne aussi Wopata, une autre entreprise innovante sur ce thème. Je ne manquerai pas de revenir prochainement plus en détail sur ces collaborations.

Lucile Aigron est la fondatrice de l’Arrêt Minute, un espace de coworking situé à Pomerol, près de Libourne. Lucile m’a proposé de concevoir le contenu et la pédagogie de PraTIC Numérique, un programme de formation au digital qui s’adresse aux professionnels du libournais. Ce dispositif soutenu par la CCI de Libourne et la région Aquitaine s’articule en 4 matinées sur les thématiques suivantes : Révolution digitale & Web 2.0 – Engagement marketing & réseaux sociaux – Comment élaborer une stratégie digitale ? – Marketing mobile et relation client. Pour chacune des matinées, je donne une conférence d’une durée d’une heure trente puis j’anime un atelier pratique avec un groupe plus réduit. La prochaine session à lieu mardi 18 Septembre prochain à 8h30 à la CCI de Libourne.

En complément des cours de marketing que je donne à l’ISEG, Véronique Bonnet, la directrice de l’ISEG Bordeaux m’a demandé d’accompagner son équipe sur l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de prise de parole sur les réseaux sociaux. Je reviendrai sur ces missions de formation, de conseil et d’accompagnement que j’effectue régulièrement dans des PME et associations de la région Aquitaine comme par exemple Lettres de Château, la Rock School Barbey, Un ange passe ou encore le RAMA (Réseau Aquitain des Musiques Actuelles).

Puisque je parle de la Rock School, BuzzMyMusic est un projet qui occupe une bonne partie de mon temps et de mon esprit depuis que je suis revenu à Bordeaux (3 ans déjà). Buzz My Music est la première plateforme d’accompagnement aux pratiques digitales pour les musiciens indépendants. C’est un projet que je développe depuis 2010 avec la confiance et le soutien de la Rock School Barbey (et maintenant de l’Ampli de Québec) sur lequel je vais régulièrement revenir sur mon blog puisque la beta publique commence mi-octobre.

La rentrée va aussi me permettre d’étendre ma collaboration avec BEM (ESC Bordeaux) puisque je vais intervenir cette année sur 2 nouvelles thématiques (Réseaux sociaux et PME – Stratégie digitale), de contribuer à l’organisation et au financement de la seconde édition de TEDxBordeaux et aussi d’animer les 2 et 3 octobre prochain mon quatrième séminaire de management pour la SNCF.

Des projets, des rencontres et des collaborations que je ne manquerai pas de développer ici dans les prochaines semaines avec plus d’assiduité que ces dernières semaines. Reset the blog, quelques lignes écrites ce jour dans un bus (avec WiFi) entre Québec et Montréal. Bonne semaine à tous.